COVID-19 : info préfecture

Point de situation sanitaire en Bretagne et dans les Côtes d’Armor

Les indicateurs repartent à la hausse partout en Bretagne.

  • le taux d’incidence s’élève au 20 février 2021 (sur les 7 jours précédents) à 103,7 cas pour 100 000 habitants ;
  • Le taux de positivité est, à la même date et sur la même durée, de 4,2 %.

Alors que le 25 décembre 2020, le taux d’incidence dans le département des Côtes d’Armor était de 26,2 et le taux de positivité de 0,9 %, le taux d’incidence connaît une forte augmentation et s’élève désormais à 81,7 pour 100 000 habitants et le taux de positivité à 3,7 %.

Au 21 février au soir, 45 556 vaccinations ont été effectuées dans le département des Côtes-d’Armor (dont 12 658 deuxième injection).

Une spécificité costarmoricaine en Bretagne : l’augmentation des variants.

Le variant n° 1 « anglais » est désormais majoritaire dans le département et l’augmentation des variants 2 et 3 (sud-africain et brésilien) est importante dans les Côtes d’Armor, c’est le département breton le plus touché par ces 2 autres variants.

La lutte contre l’épidémie se poursuit : nous devons maintenir nos efforts

Face à l’évolution de la situation, nous ne devons relâcher ni nos efforts, ni notre vigilance. Si contrairement à nombreux de nos voisins, nous n’avons pas connu de troisième vague, nous ne sommes jamais entièrement sortis de la deuxième : chaque semaine, le Covid fait autant de victimes en France que les accidents de la route en font en une année.

Le couvre-feu, la limitation des contacts, notre capacité à tester et à casser les chaînes de contaminations limitent la flambée épidémique.

Les rassemblements de plus de 6 personnes demeurent interdits sur la voie publique ou dans les lieux accueillant du public. Certaines associations commencent à adresser, comme en période de déconfinement, des demandes pour l’organisation d’évènements récréatifs en extérieur. De telles demandes ne peuvent aboutir favorablement. L’interdiction des rassemblements doit être strictement respectée. Relâcher nos efforts maintenant, c’est courir le risque de contraintes plus fortes dans un avenir proche : nous devons donc poursuivre sur cette voie et continuer de tenir ensemble.

Évolution de la durée d’isolement des personnes contaminées

Les variants sont plus contagieux, mais ils semblent aussi être contagieux plus longtemps. Dans la mesure où la part de variants dans les contaminations continue de croître et qu’un malade ne peut savoir, a priori, quelle souche du virus l’a contaminé, la durée de l’isolement de toute personne testée positive au Covid passe, à compter de lundi, de 7 à 10 jours. C’est une mesure de précaution et de simplicité.