Cap d’Erquy

Site naturel protégé de 170 hectares, le Cap d’Erquy est la fierté de la cité. Une vue imprenable sur la baie de Saint-Brieuc, des kilomètres de sentiers patiemment aménagés au fil des ans pour un tourisme respectueux de l’environnement et de sa richesse, site classé depuis 1978 et intégré dans le réseau de sites Natura 2000.

Le Cap d’Erquy en met plein la vue

C’est aussi un lieu chargé d’histoire

Au détour du chemin, on peut y voir un four à boulets, un corps de garde du XVIIIème siècle servant à surveiller la mer et à donner l’alerte ; vestiges d’une époque belliqueuse, les traces d’anciennes carrières aussi … A ce propos d’ailleurs, l’extraction du grès rose, grand moment de l’histoire économique locale jusqu’au milieu du XXème siècle, a laissé de belles empreintes de son temps avec les Lacs Bleus.

Etranges cavités, les lacs bleus se sont fait une place dans une des anciennes carrières de grès rose. Au pied de falaises abruptes, à 30 m au-dessus du niveau de la mer, ils donnent l’impression de dormir, réveillés par les cris des mouettes et des enfants surpris, après avoir franchi le pont de bois, de se retrouver dans une étrange atmosphère. Une ambiance un peu insolite pour ces deux énormes trous d’eau douce suspendus entre ciel et mer.

Le grès rose d’Erquy émane d’une superposition de couches de sables, datant de 470 millions d’années. Sa couleur rosée tient de la présence d’oxyde de fer. C’est une roche sédimentaire, dure et siliceuse qui a été utilisé pour le pavage des rues et la construction dont l’époque glorieuse date du début du XXème siècle. Le grès rose reste encore aujourd’hui un matériau identitaire, prisé et apprécié.

A noter : le grès rose d’Erquy est à ne pas confondre avec le granit rose qui est, quant à lui, issu du refroidissement du magma.

Au sud du Cap s’est développé le port d’Erquy. Après avoir déjà découvert les traces d’un passé guerrier, puis celles de la vie difficile des carriers, vous apercevrez, nichée dans un pli de la côte, la crique de Port-Blanc où repose en paix ce que fut jadis l’abri du canot de sauvetage, désaffecté en 1966.

Le Cap : un site où la faune et la flore se taille la part belle

Un univers où la nature est reine. La lumière très changeante sur la Côte d’Emeraude et si particulière fait que ce site est prisé par les peintres de tous horizons. Le Cap est sans détour, un lieu naturel où la lumière donne, selon la saison, au jaune des ajoncs, au mauve de la bruyère, au rose du grès et au vert dominant le ton d’une œuvre impressionniste. Ajoutez à cela la couleur émeraude de la mer, la blondeur du sable et vous êtes alors sur ce qu’il convient d’appeler un lieu d’exception. Et si par un heureux hasard vous croisez un étrange insecte lépidoptère aux ailes bleus, c’est qu’alors vous avez rencontré l’Azuré des mouillères ; un petit papillon qui vit sur les landes humides du Cap d’Erquy.

Opération Grand Site pour le Cap

Le Cap d’Erquy est aujourd’hui, avec son voisin Le Cap Fréhel, en lice pour obtenir le label « Grand site de France ». Les collectivités du territoire des deux Caps, ainsi que le Conseil Général des Côtes d’Armor, ont opté pour cette démarche «Opération Grand Site», première étape de la démarche «Grand Site». Le Syndicat mixte « Grand Site Cap d’Erquy Cap Fréhel » fait partie intégrante du Réseau des Grands Sites de France et participe activement à cette démarche.

Un festival de géologie

Porté par l’association Géomnis Bretagne, un festival de géologie (Géofestival) a lieu sur le territoire des caps d’Erquy et de Fréhel depuis 2009.