Barrage de Montafilan

Le barrage de Montafilan haut de 6,5 m et long de 62 m a été implanté en 1961 afin de constituer une réserve d’eaux brutes d’environ 50 000 m3 destinées à la production d’eau potable. La prise d’eau a été fermée en 1992 à cause des concentrations en nitrates supérieures aux normes de potabilisation. Situé à 700 m de l’estuaire de l’Islet, il est propriété de la commune d’Erquy.

Le barrage est un ouvrage pointé par le Grenelle de l’Environnement comme étant un obstacle à la continuité écologique et sédimentaire.

Barrage de Montafilan, vue aérienne, Géoportail, avec l'aimable autorisation de l'IGN.

Barrage de Montafilan, vue aérienne, Géoportail, reproduite avec l’aimable autorisation de l’IGN.

Une étude sur le rétablissement de la continuité écologique des cours d’eau de la Flora et de l’Islet a été lancée par la Communauté de Communes Côte de Penthièvre en 2011, elle a été réalisée par le bureau d’études Eaux & Milieux Aquatiques de Saint-Malo. Il en a résulté que l’ouvrage présentait des carences en matière réglementaire et de sécurité (non fonctionnement de la vanne de vidange de fond, fuites, sous-dimensionnement des évacuateurs de crues, …). La conservation et la mise en conformité de l’ouvrage (rendue obligatoire), représentait un coût important non subventionnable, à court et à long terme, pour la seule commune d’Erquy. L’arasement de l’ouvrage étant l’aménagement qui répondait le mieux aux objectifs de continuité piscicole et sédimentaire, pour un coût subventionnable à 90 %.

Lors de sa séance du 18 décembre 2014, après avoir pris connaissance de l’Avant-Projet Sommaire présenté par le bureau d’études, le Conseil Municipal d’Erquy a délibéré favorablement à l’unanimité pour l’arasement du barrage de Montafilan, accompagné d’une restauration naturelle de l’Islet dans la partie exondée et d’une valorisation paysagère et touristique du site.

L’arasement du Barrage de Montafilan

Le choix a été fait de laisser le cours d’eau recréer naturellement son lit dans l’ancien plan d’eau et dans la brèche du barrage. En seconde phase, au sein de la brèche, le fond de la vallée sera aménagé pour laisser un espace de liberté au lit et des blocs rocheux seront disposés pour accélérer la renaturation. Des travaux complémentaires pourront être entrepris en année n+2 en cas de besoin. Dans la retenue, l’entrainement progressif des sédiments vers l’aval permettra à l’Islet de retrouver son talweg initial. Comme au niveau de la brèche, des travaux d’ajustement pourront être menés en année n+2 (adoucissement de la pente des berges, diversification des habitats …). Pour les berges exondées, la végétalisation se fera naturellement et sera accompagnée éventuellement d’une plantation d’arbres pour limiter les surfaces à entretenir. Un suivi sur le long terme de surveillance des espèces invasives sera mené par la Communauté de Communes Lamballe Terre & Mer. Une valorisation paysagère et touristique du site en année n+2 est prévue pour conserver l’usage de promenade du site avec, en particulier, la création d’un chemin de randonnée à vocation pédagogique, accessible aux personnes à mobilité réduite, ainsi qu’un cheminement équin.

Une première phase, sous maîtrise d’ouvrage communale, concernera l’arasement de l’ouvrage :

  • Travaux préparatoires d’aménagement d’un batardeau sur le parement amont de la tour de prise d’eau et retrait de la grille, afin de limiter l’impact sur le cours d’eau en aval du barrage et de privilégier l’évacuation de l’eau et non des sédiments,
  • Gestion piscicole lors de la vidange du plan d’eau,
  • Travaux d’arasement,
  • Suivi de la qualité de l’eau au cours des travaux.

Le coût des travaux de cette première phase est de 130 000 € TTC, pris en charge à hauteur de 90 % (80 % par l’Agence de l’Eau Loire Bretagne + 10 % par le Conseil Régional de Bretagne).


En application d’un arrêté préfectoral du 29 décembre 2016, une enquête publique au titre du code de l’environnement sur la demande d’autorisation unique IOTA (Installations, Ouvrages, Travaux et Activités) présentée par la Commune d’Erquy concernant l’arasement du barrage de Montafilan situé sur les communes d’Erquy et de Plurien et les mesures d’accompagnement pour la renaturation du cours d’eau de l’Islet s’est déroulée du lundi 30 janvier 2017 au jeudi 2 mars 2017 inclus.

Avis d’enquête publique : arasement du barrage de Montafilan

Le rapport et les conclusions du Commissaire Enquêteur sont publiés et disponibles au téléchargement :

Rapport et conclusions du Commissaire Enquêteur (pdf – 5,34 Mo)


Le 12 juin 2017, le Préfet des Côtes d’Armor a pris un arrêté autorisant l’arasement du Barrage de Montafilan, faisant suite à l’enquête publique qui s’est déroulée du lundi 30 janvier 2017 au jeudi 2 mars 2017 inclus et à sa validation, le 28 avril 2017, par le conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques.

Arrêté préfectoral du 12 juin 2017, relatif à l’arasement du Barrage de Montafilan (pdf – 485 Ko)