Phare

Phare : « celui qui éclaire, qui guide ».

Rappel historique au fil des siècles

Le premier môle existait déjà au XVème siècle. Construit à la droite de la plage du centre, il en reste d’importants vestiges ce qui explique le nom donné à cet endroit : la «Vieille échaussée». Commerce et pêche ; activités longtemps prolifiques, ont été freinées par les guerres du XVIIIème siècle. Le port est alors mal en point. Il faudra attendre la première moitié du XIXème siècle pour qu’il en soit construit un nouveau. Malheureusement mal agencé, il devra subir de grandes transformations dès 1896. Une fin de siècle qui sourira à l’économie locale grâce à un trafic portuaire revigoré lié en partie à l’activité intense des carrières de grès rose.

Le phare de la jetée d’Erquy : premier phare

Avoir un havre sécurisé pour les pêcheurs mais aussi pour toutes les embarcations étant une priorité, le premier phare d’Erquy s’érigera en 1899 et sera inauguré en 1900. Il sera l’aboutissement de l’achèvement du môle au moment où le port d’Erquy est en plein essor.

  • 1898-1899 : Construction. Tourelle maçonnée, peinte en blanc avec une lanterne rouge ;
  • 9 Février 1899 : Allumage ;
  • 1899 (9 Février) : Éclairage au pétrole. Feu fixe à secteur blanc, rouge et vert ;
  • hauteur : 11 m (ou 10m selon les sources ???) ;
  • portée 3,2 miles ;
  • feu à éclats rouges, s’allume 0,5 seconde et s’éteint toutes les 2 secondes.

Remplacé dans sa fonction de protection, depuis 2011, par le nouveau phare.

Un deuxième phare pour un nouveau port

L’activité de la pêche à Erquy est un moteur important de l’économie locale. Troisième port breton, cinquième port français en valeur marchande, la nécessité d’un nouveau port s’est donc tout naturellement fait sentir. Le môle de protection a été déplacé de 150 mètres vers l’ouest pour étendre le plan d’eau et le terre-plein avec 440 m de quais supplémentaires d’une hauteur moyenne de 14 m.

Un chantier portuaire titanesque qui a duré plusieurs années et qui fut inauguré le 8 avril 2011.

Un nouveau port réservé aux professionnels de la pêche et donc tout naturellement un nouveau phare.

Avec ses 10 m de haut, ses 700 kg, le nouveau phare en impose tout autant que l’ancien. Sauf que son look diffère et sa structure en matériau composite signe son allure contemporaine. À l’origine de cet ouvrage, Pascal Quintin. Marin à ses heures, chef d’entreprise à d’autres (à la tête d’un chantier naval), il a été choisi pour réaliser le feu de balise du nouveau du port. La partie haute du phare dans lequel est abrité le feu et corps de phare ont été créés au sein de son hangar au port du Légué.

Môle (nom masculin) : jetée située à l’entrée d’un port et destinée à le protéger.