Four à boulets

Photo Hervé Courdrais

Situé sur le côté ouest du Cap d’Erquy, le four à boulet est une des curiosités de ce lieu. Place stratégique, vue imprenable pour une construction vouée à détruire l’ennemi, en l’occurrence, à la fin du XVIIIème siècle, la flotte anglaise.

Si vous partez à l’assaut du Cap d’Erquy, vous ne pouvez le manquer.

Construit en 1794 à l’initiative du Ministre de la Marine, Alain Bernade, le four à boulets du Cap avait vocation, comme d’autres construits au niveau de plusieurs batteries de la Baie de Saint-Brieuc, à porter à incandescence les boulets et d’incendier les navires hostiles.

Construit en partie avec les matériaux extraits sur place, cette bâtisse servait à chauffer des boulets à rouge de façon à alimenter une batterie de trois canons (l’expression « tirer à boulets rouges » tient son origine de cette époque).

La préparation du foyer, le temps de chauffe et la fumée produite se sont avérés incompatibles avec la nécessité de rapidité de l’action. L’utilité de ce four n’a malheureusement pas été vérifiée si l’on en croit le combat naval de mars 1796 entre la corvette française « l’étourdie » et un bateau  anglais qui s’est soldé par une défaite côté français.

A vrai dire, aucun des fours à boulets du département n’a vraiment rempli sa mission.

La batterie de trois canons que devait alimenter le four à boulets du Cap d’Erquy a disparu. Le bâtiment lui-même a été restauré. Une animation sonore y est intégrée de sorte que vous puissiez, en fermant les yeux et en tendant l’oreille, vous imaginer en 1794 … prêt à faire feu !