Guy et son petit manège, une institution à Erquy

(extrait du Cap magazine n° 61)

Il est des signes avant-coureurs du printemps que nous reconnaissons tous au détour de nos promenades : le chant d’un oiseau, la couleur des primevères parsemant les bords de routes, quelques bouquets de jonquilles, des bourgeons sur des arbres, un air plus doux … A Erquy, en plus de tous ces signes, nous reconnaissons tous LE signal qui annonce l’imminence de la belle saison. Lorsque, au cours d’une balade vers le port, nous apercevons le petit chapiteau bleu du manège de Guy, nous savons que les beaux jours arrivent.

Les enfants s’impatientent car ils savent que Guy va les faire voyager. « C’est un manège familial, pour moi, il est comme une classe maternelle. Chaque année, les petits deviennent des fidèles et me ramènent souvent une fleur, un coquillage ou tout autre « trésor ». Cela me touche et m’émeut beaucoup » raconte Guy.

Si les habitants d’Erquy sont autant attachés à ce petit manège, c’est qu’il fait souvent partie de leur propre enfance. En effet, la famille Figuier est arrivée en 1970, sur l’avis du Docteur Jo Velly, premier adjoint de l’époque. Depuis maintenant plus de 46 ans, ce petit manège au chapiteau bleu est installé chaque printemps à Erquy. Ce sont les parents de Guy puis sa maman, jusqu’en 2012, qui emmenaient des centaines d’enfants « en voyage » en voiture, en autobus, en avion ou en hélicoptère. Il en a « fait tourner », des générations, ce manège familial ! Depuis le décès de Mamie Figuier en 2013, Guy continue la tradition. Il tient à garder ce côté familial, accessible au plus grand nombre. D’ailleurs, il n’a pas augmenté les prix du carnet de tickets depuis le passage à l’euro !

2016-07-01-guy-et-son-petit-manege-2

Nombreux sont les anciens voyageurs de quelques tours qui reviennent maintenant avec leurs enfants ou petits-enfants. Tous sont attachés à « leur » charmant manège, souvenir de leur propre enfance. Ils sont fiers de déposer et de photographier leurs petits dans la même voiture, dans le même hélicoptère ou autre sujet qu’ils affectionnaient eux-mêmes à l’époque. « Les parents ne souhaitent pas que je change mes véhicules », dit Guy. Nostalgie de l’enfance ?

Guy est intarissable sur les anecdotes qui se produisent chaque année autour et dans son manège. Il vit pour et avec « ses petits». Et comme le veut la coutume, chaque enfant qui attrape le traditionnel pompon rouge se voit offrir, comme il se doit, un tour gratuit.

Guy est fier d’Erquy, fier de transmettre les valeurs que ses parents lui ont inculquées. Et nous, les Rhoeginéens et tous les amoureux d’Erquy, nous aimons « notre » petit manège et n’imaginons pas une saison sans lui et sans son propriétaire.

Maryvonne Chalvet
Adjointe à la Culture