Exposition : Elisabeth BLAIN, Thierry POIGNANT, Marie-Amélie TROADEC, Les Poissons

Du samedi 28 novembre 2015 au dimanche 13 décembre 2015

Lieu : Galerie d'Art municipale

Exposition ouverte samedi et dimanche de 10h30 à 12h30 et de 15h00 à 18h00, entrée libre.


Elisabeth BLAIN

Galerie d'Art Municipale d'Erquy - saison 2015 - Elisabeth BLAIN - Les PoissonsSpécialisée dans l’hyperréalisme de l’art animalier, ses animaux inspirent le respect et sont touchants de réalisme : ils ont une âme. Avec un pinceau très fin, délicatesse et minutie, elle travaille à l’acrylique la texture du poil et de la plume sur la toile, elle donne vie à ses animaux : voyez leurs regards, la douceur du pelage, la beauté de l’animal …
Les fresques de fonds marins tiennent une place importante dans ses créations : cette facette sera l’objet de l’exposition qui sera présentée à Erquy.

Diplômée depuis 1998 de Peintre Décorateur en «Trompe l’Oeil», c’est par un véritable amour des animaux en tant qu’autodidacte qu’Elisabeth BLAIN s’est aussi spécialisée dans l’art animalier et l’univers des fonds marins.

Elisabeth BLAIN
22000 SAINT-BRIEUC
06 72 94 73 45
blain.elizabeth@yahoo.fr
http://www.blain-elizabeth.com/


Thierry POIGNANT

17-thierry-poignant-5Une apnée, c’est comme retenir sa respiration, pour découvrir autre chose, autrement et ailleurs. Tenter l’expérience hors de tout, tout ce qui est codifié, reconnu, cadré, perceptible par évidence. Piéger son corps, filouter sa raison. Suspendre le temps, pour voyager dans l’instant. Dans un «paysage de peinture», suspendre l’émotion poétique … Un poisson qui se rêve oiseau ? Moi qui voyage dans cet univers que je me crée, au hasard, avec le plein d’émotions, bio (bio-graphiques ?), sans plomb, dedans l’Art et tout mon art, ma vie et tous ses chocs, ses péripéties heureuses ou pas, absurdes, gags, mystérieuses, magiques … et poétiques.
Comme cet univers PQF monté de toutes pièces, moins imaginé qu’inventé, clé en main et sans aucune porte à ouvrir, pas de trésor ni graal. Qu’une clé qui n‘ouvre rien, donc tout. Ma tête dans ça, je retiens mon souffle, inspiré … et pas d’asphyxie ?
Le poisson mort ? « Nature (presque) morte ». Chez le poissonnier, ou hors de l’eau. Poisson et mort et apnée que je requalifie, transforme, métamorphose en objet PQF. Le plus poétique et flou possible, moins que quantique, particule non localisable de mon univers dépourvu de dimension, cadre … mode.
Mon milieu, la mer et le ciel mélangés … mon être liquide et aérien qui s’éprend d’une ondine, sirène. Vision en mouvement, météorologie imprévisible, vague, écume, courant et marée, de la surface jusqu’aux abysses ou confins de l’univers, de l’existence. Dérive volontaire et merveilleuse, de la création ?

Biographie

17-thierry-poignant-bioIl tombe dès le cordon coupé dans le pot de peinture rouge de papa, posé sur une table à dessin nappée de calque. On l’entoile dans un mélange de lin et chanvre. Il embouteille ses poumons avec 200 bars d’un cocktail d’essence d’aspic et térébenthine, bi-rectifiée. Et il vole au-dessus d’un paysage de peinture. Avant de plonger dans une lumière abyssale. Papa peint-créé-bidule, tandis que maman classe les tracas. Dans son coin d’être, à l’abri de l’autre, tHierry s’invente écrit filme sculpte peint et jongle avec son puzzle de vie. Son dada : le mouvement PQF, mouvance interlope que les médias et « milieux autorisés » n’osent pas encore dévoiler …

Thierry POIGNANT
06 62 69 14 71
toivoa@orange.fr
http://toivoa.over-blog.net/


 

Marie-Amélie TROADEC

Démarche

17-marie-amelie-troadec-3Marie-Amélie Troadec, artiste-plasticienne mène un travail photographique depuis plusieurs années, associé à des travaux de dessin, de peinture, d’installations artistiques.
En photographie, elle travaille sur les détails, les cadrages serrés, apportant ainsi une nouvelle lecture du paysage, urbain ou maritime.
La travail, presque pictural, est lié à une démarche de recherche du petit, de l’intime, de l’imbrication des petites choses sur, et, dans une plus grande : notre terre.
De quelle façon voyons-nous notre environnement ?
Pouvons-nous changer notre  regard, l’initier à d’autres points de vue ?
Le travail photographique de Marie-Amélie Troadec est quelque peu abstrait visuellement (car déconnecté de son environnement proche) et si concret dans la mise en place du processus de travail ; les lieux sont disséqués comme le ferait un scientifique avec son microscope, cette photographe cherche la petite chose, une matière, un grain, un écli, une faille …
Elle travaille son « focus », c’est-dire le foyer où tant de choses se révèlent et se doivent d’apparaître à un moment sur le papier.
A chaque regardeur de trouver ses propres clés de lecture dans l’image. Les titres et leur poésie décalée nous aident autant qu’ils nous troublent.
Ce que nous savons, ce que nous ne regardons.
Et si nous inversions ? Ce que nous regardons, ce que nous savons.
Quel regard pose-t-on, en général, sur les choses qui nous entourent ? Les images que nous nous créons sont-elles nos utopies visuelles, des réalités enchantées ou des tristesses intérieures ?
Les images parlent de beauté en chaque réalité.

Biographie

Diplômée de l’université de Rennes II et des Beaux-Arts de Rennes, Marie-Amélie Troadec participe et collabore régulièrement à des projets artistiques collectifs et personnels : expositions (Rennes, Toulouse, Brest, Saint-Germain sur Ille, …), collaboration avec des compagnies de théâtre (Tombées de la nuit 2013), bourses d’aide à la création (Toulouse 2011, Saint-Jacques 2012, Rennes 2013/2014).
Elle vit et travaille à Rennes.

Exposition «Les poissons»

Entre imaginaire et réalité toutes les photographies posent ici la question de la respiration. Comment respirez-vous, respirons-nous ? Quel est donc ce souffle de la vie, à la mort ?
Moins nous le ressentons, plus forte sera notre confusion.

17-marie-amelie-troadec-bioMarie-Amélie TROADEC
06 76 72 00 12
troadecmarie_amelie@yahoo.fr
http://marieamelietroadec.com/
http://www.paysagesdu29.wordpress.com/