Exposition : Lluis BANTI, Sophie FRANCK, Yannis KYROGLOU, Maurice LE MEUR, Gérard SENSI, Convergences, intuitions et matières

Du mercredi 26 août 2015 au dimanche 20 septembre 2015

Lieu : Galerie d'Art municipale

Exposition ouverte tous les jours jusqu’au 6 septembre puis vendredi, samedi et dimanche de 10h30 à 12h30 et de 15h00 à 18h00, entrée libre.

Présentation

Cinq artistes et plusieurs mondes réunis pour un dialogue sur la création afin de partager avec le public d’Erquy.
Par des approches personnelles à travers la couleur, le dessin et la forme, ils proposent des créations artistiques basées sur la sensibilité, la technique et l’imaginaire, dans le but d’apporter des émotions et des visions nouvelles qu’interrogent notre appréhension du monde saturé d’habitudes conformistes.

Intuitivement : «sentiment plus ou moins précis de ce qu’on ne peut vérifier, ou de ce qui n’existe pas encore».


Lluis BANTI

13-lluis-banti-1Organiser ces assemblages de matériaux par le biais d’une multiplicité de points de vue, d’un contraste entre mesures et proportions, entre le plein et le vide, le fragment et l’ensemble… Du dialogue de tous ces éléments surgit la sculpture ; complexe, singulière, échappant à toute approche «uniquement rationnelle». Ce serait, plutôt en acceptant de ne pas tout arriver à comprendre, que l’on accèderait à un «sentiment désintéressé», pour ensuite tenter d’apercevoir cet espace indéterminé  à l’origine de toute création.

Lluis BANTI
22240 PLURIEN
06 01 79 48 36
lluis.banti@free.fr
http://lluisbanti.over-blog.com/


Sophie FRANCK

13-sophie-franck-1Afin de ne pas être terrassés par le chaos qui nous entoure, nous structurons notre rapport au monde, notre pensée. Nous réduisons et séparons – chaque culture de façon différente – pour apprivoiser cette immensité qui nous fascine …

Ainsi le concept de l’Ogre ; dont j’ai l’intuition qu’il est commun à toute l’humanité, et ce depuis avant même l’humanité ; me permet de remonter vers ce Chaos joyeux : réentrouvrir la porte qui agrandit notre perception. Mon travail sur et avec la pierre, morceaux de mémoire de ce chaos, ne fait que mettre en évidence le passage de l’Ogre, suivre sa trace ou quelques déchets de la coquille de sa-ses naissances ; la sculpture n’étant ainsi non pas l’objet pierre mais bien aussi les lignes qu’elle prolonge dans l’espace et notre œil.

Qu’ est-ce que la sculpture?
C’est une invitation à regarder, à réfléchir à la manière dont le monde opère en nous, à notre propre action sur la matière, aux outils que nous utilisons pour la transformer au gré de nos techniques. Comment répondre? Tout simplement, les oeuvres sculptées existent et la sculpture est.
À plusieurs reprises, j’ai caressé de l’oeil et de la main les mégalithes domptés par Sophie. Dures, pesantes, peu mobiles, ces pierres sculptées rappellent que nous les mobilisons par la propre mobilité de nos yeux, par nos gestes et par nos déplacements. Pour le curieux de la facture des choses, la matière perçue est l’approche de l’intimité avec l’original.

Elle lui laisse deviner des irruptions récurrentes, bien souvent insoupçonnables comme les forces de cohésion, les tensions, les accents, les points forts mais aussi la fragilité de la désintégration.
Celui qui regarde lit avec sa sensibilité et son expérience du monde. Les formes par deux, par trois, s’épaulent, se complètent et se prolongent dans diverses directions à partir du creux ou du plein. Le rythme naît de l’association d’une forme à l’autre en faisant, dans le calme et la profondeur, l’expérience du morcellement de l’espace.

Paradoxalement, l’agencement confère aux formes une impression de déjà connu presque anonyme qui nous oblige à revisiter les irrégularités, le grain de la pierre, les fractures apparentes pour évaluer les tensions produites dans cette architecture du visible.
Ces pierres sculptées traversées par nos discours, deviennent des motifs à caractère migratoire. Les formes bondissent dans la lumière qui devient elle-même forme car l’installation toute entière se fait l’instrument d’une découpe de l’espace ;
« Le temps du récit, celui de la ligne que suit l’oeil est supprimé, la durée de la ligne disparaît, le temps est immobile dans un signe hiératique. Le mouvement n’est plus décrit, il devient tension, mouvement en puissance, c’est à dire dynamisme. » Pierre Soulage

À notre tour, interrogeons le sculpture de Sophie Franck. Ne serait elle pas l’unité transmise dans l’absolue sobriété de la valeur des tons gris et blancs où l’objet en cours de fabrication devient tout à coup quelque chose de vivant qui paraît échapper aux mots ? La préoccupation constante de son art n’est-elle pas la plastique du réel qui se révèle comme un anthropomorphisme et un zoomorphisme qui donnent l’impression de naître d’eux-même pour mettre en évidence l’énergie sous-jacente ?

Alice CASTEL

Sophie FRANCK
soph-franck@orange.fr


Yannis KYROGLOU

13-yannis-kyroglou-2Yannis KYROGLOU
93250 Villemomble
06 88 65 24 99
yannis.kyroglou@orange.fr


Maurice LE MEUR

13-maurice-le-meur-1Gonflé des forces de l’océan, le suroît a simplement voulu perturber la routine des longs fleuves trop tranquilles pour réinventer la multiplicité de l’unique. La branche et le fagot, le nuage et la goutte, la vigne et le vin, l’épi et le grain, l’agneau et son troupeau. Les pores de la peau. L’herbe folle des talus et le sel de la terre.
Quand le vent qu’on dit mauvais sera parti faire son voyou ailleurs, tu pourras monter verser tes larmes là-haut sur le méné.

Maurice LE MEUR
Liou an Amzer La couleur du temps (fragment).

Maurice LE MEUR a participé à plus de 180 expositions collectives et personnelles depuis 1963, en France et à l’étranger.

Maurice LE MEUR
29290 LANRIVOARÉ
02 98 84 22 44


 

Gérard SENSI

13-gerard-sensi-2Mon travail me permet et j’espère à ceux qui le regardent, de parcourir le chemin de la vie entre vacuité et réalité (formes). Réalité changeante et imprévisible comme un rêve qui passe, qu’il faut réaliser pour pouvoir s’éveiller à notre vie dans chaque instant. Vacuité où toute réalité disparaît et toujours reconstruit nos moments de vie passagers.
Le vide nous rempli et le plein se libère et nous éveille.

Gérard SENSI
22240 FREHEL
09 64 12 19 49
gerard.sensi@gmail.com
http://gerardsensi.wordpress.com/