Exposition : Marielle GUILLE avec Marie BUARD, Gaëlle PERTEL PACHECO, Gwenn AUDIC, Reconstitution Magnifique

Du jeudi 14 mai 2015 au dimanche 7 juin 2015

Lieu : Galerie d'Art municipale

Exposition ouverte jours fériés, samedi et dimanche de 10h30 à 12h30 et de 15h00 à 18h00, entrée libre.

Les Rendez-Vous

Mercredi 13 mai
18h00, vernissage animé.

Vendredi 15 et samedi 16 mai
De 10h30 à 12h30, création participative « kit de survie, un voyage en Lettonie » avec Marielle GUILLE.

Samedi 23 et dimanche 24 mai
De 15h00 à 18h00 atelier « révéler l’étoffe des formes à l’encre cyanotype » avec Marie BUARD.

Samedi 30 et dimanche 31 mai
Tout le week-end, au fil des visites, la règle du Je par Gaëlle PERTEL PACHECO « de moi à toi, d’eux à nous, de toi à moi, de vous à eux ».

Samedi 6 et dimanche 7 juin
Carte blanche à Gwenn AUDIC pour des visites improvisées de l’exposition à travers une exploration parlée, dansée et chantée « déambulation magnifique ».
De 10h30 à 12h30, atelier de « création dansée, chantée, dessinée ».
16h00, « conférence magnifiquement remuante ».

Présentation

L’exposition « Reconstitution magnifique » est une « œuvre système », dans laquelle les créations de Marielle GUILLE, Marie BUARD, Gaëlle PERTEL et Gwenn AUDIC dialoguent et interagissent de façon presque alchimique. Ces œuvres ont une double posture. Elles parlent sensiblement et poétiquement de la blessure, de la résilience et elles témoignent du rôle de l’art et de la création dans le développement d’un processus de résilience, c’est-à-dire du comment reprendre un développement après un traumatisme.

Les artistes racontent leur expérience de la résilience pour que les évènements que nous vivons se transforment en histoire vécue et partagée, pour transmettre le monde que nous avons en commun, refuser la résignation auto-réalisatrice et trouver ensemble de nouvelles manières de voir, d’agir et de vivre. Il ne peut y avoir de résilience sans sollicitation sensorielle, sans altérité, sans dignité ; et la dignité provient de la possibilité de penser, de penser l’agir et d’exprimer.  Par l’art, les artistes mettent en œuvre cet acte fondamental de penser dans l’agir, en dépassant les frontières du visible, en déformant le cadre de la réalité, en transgressant les règles qui réduisent l’Homme à un moyen. Qu’est ce que la résilience sinon une réaction d’indignation, un refus de se laisser périr vivant ?

Les artistes donnent forme à cette notion de résilience, et en questionnent les dimensions, les enjeux dans une œuvre polymorphe, mêlant installations, photographies, vidéo, art numérique et danse.
Le processus de construction de l’exposition est partie intégrante de l’œuvre, la rencontre des artistes avec la galerie et avec le public favorise créations émergentes et éclosions spontanées. Cette dimension d’expérimentation dans la rencontre fait partie intégrante du projet d’exposition et prend tout son sens pour parler de la résilience.

Cette exposition est une proposition de Marielle GUILLE dans le cadre du projet Umanpoeia.
« Umanpoeia » est un projet artistique global développé par Marielle GUILLE, en partenariat avec SMARTFr et la Maison des Artistes. Il s’agit d’un néologisme signifiant « faire l’Homme ». Ce projet artistique à dimensions environnementale, économique, philosophique et sociétale, trouve son origine dans le paradigme de la complexité.


Marielle GUILLE

06-marielle-guille-2Avec une pensée analogique, j’interroge les liens entre l’Homme, l’art, le territoire, la planète, la société et l’univers. Il n’y a pas de distinction entre mon art et ma vie. Mes créations questionnent ma relation à moi-même, aux autres, à mon environnement, et à l’univers, que par la diversité de mes modes d’exploration-expression, j’aborde sous des angles variés, cherchant la révélation. Ma vie génère mes créations et mes créations me transforment, me renouvellent, me permettent d’accéder à de nouvelles représentations du monde, à des territoires inexplorés, et jusque là inaccessibles.
J’utilise différentes formes d’expression artistique : expositions scénarisées, installations, peinture, créations composites, vidéos, films, photographies, et (à venir) performances qui sont autant de tentatives incomplètes d’appréhension, de compréhension.
Ma pensée forme et la forme construit ma relation au monde, dans un processus vivant et évolutif, complexe, chaotique et organisé, dépendant de mon environnement, des élans de mon cœur et des besoins impérieux de mon être dans cette interaction fondamentalement perturbante et constructive.
Je développe mes créations à la manière dont se construisent et se transforment les connexions de mon cerveau. Chacune de ces créations est à la fois un élément et une étape d’une méta-création. Ces étoiles dessinent les constellations signifiantes, d’un univers à l’œuvre, tension vers l’accès à une connaissance absolue.
L’art est ce qui me relie au monde.
J’ai la conviction que face à l’extrême complexité, nos perceptions ont un rôle majeur à jouer et l’écoute de nos sens, de nos sensations, le réveil de notre intuition, l’approche sensible, questionnent directement l’humain …
Mes créations associent le local et le global, le spécifique et l’universel dans une interaction où l’écologie,  l’humanisme et la vie sont sous jacents.
Chaque création est un acte de transformation.

Marielle GUILLE
Auteure chercheure indépendante et artiste plasticienne
Pôle de l’Economie Sociale et Solidaire du Val d’Ille
23 rue des Chênes
35630 LANGOUËT
06 87 95 66 22
marielle.guille@orange.fr
http://marielle-guille.blogspot.fr/
http://reconstitution-magnifique.blogspot.fr/


Marie BUARD

06-marie-buard-1Marie BUARD utilise différents médiums pour faire de l’image : photographie, vidéo, dessin, peinture, qu’elle numérise ensuite. Les technologies virtuelles lui ont ouvert un espace d’expérimentation sur la question du corps : « le corps organique et le corps de l’image : une malléabilité ».

L’image numérique est cette matière malléable à l’infini et qui possède un grand pouvoir de transformation. Marie a choisi la diamorphose, comme fécond chaos.
Grâce à la diamorphose, elle donne vie à un espace de création, sous la forme d’une zone médiante et intermédiaire, un entre-deux où il y a une histoire de rencontre, une image particulière où harmonie et contradictions se rencontrent, où coexistent apparitions et disparitions, présence et absence, visible et invisible, réalité et fiction.

De cette biologie numérique, prend forme un univers poétique, symbolique, métaphorique et chimérique. L’image est une sorte de double qui résonne comme un écho et révèle les interrogations que Marie porte sur le monde, l’Homme, l’identité, le devenir.

Marie BUARD
Imagière chercheuse et plasticienne
marie.buard005@gmail.com
http://mariebuard.wix.com/imagiere-chercheuse


Gaëlle PERTEL PACHECO

06-gaelle-pertel-pacheco-1YAnkEnpO ; pierre, feuille, ciseaux
Tu es et tu fée
Qui es-tu ? Que vois-tu ? Qu’entends-tu ?
Franco- péruvienne.
Sensibilisée et hypersensible. Un accent, des carences. Déplacée.
L’ ailleurs, le pire et le meilleur en point de fuite.
Que tais-tu ? Que fais- tu ?
Je cherche.
Qui est l’ autre ? Qu’est-ce que « être l’autre » ? Comment est- on autre ?
Etranger, enfant, vieux, handicapé, artiste, animal, végétal.
Humilié, dévalorisé, disqualifié, marginalisé.
Libre et relié.

Gaëlle PERTEL PACHECO se cherche, sa parole est une poésie à l’accent étranger. Les mots affluent, s’entrechoquent, se bousculent et révèlent …

Gaëlle PERTEL PACHECO
Sculpteur et plasticienne
gaellepertelpacheco@gmail.com


Gwenn AUDIC

06-gwenn-audic-1Gwenn pratique une danse expressive teintée de danse indienne, de flamenco, de danse africaine et de danse contemporaine. Gwenn chante aussi, car lorsque son corps se met en mouvement, des sons en émergent. Parfois même tout cela laisse une trace sur une toile, une feuille, …
Le mouvement nous met face à nous-mêmes et à nos limitations aussi bien physiques qu’émotionnelles et met en jeu des problématiques vitales qui ne peuvent pas toujours s’exprimer par les mots. « Je me révèle d’autant plus à moi-même à travers mon interaction avec l’autre » ; il s’agit donc de mettre en jeu le corps comme révélateur de l’être au monde et de l’être pour soi et en soi.
La recherche à travers le mouvement ou à travers la voix permet à chacun de tracer son chemin, si unique et si précieux dans son originalité par le son, la vibration, le rythme, la forme …

Gwenn AUDIC
Praticienne en danse et chant
gwennaudic@yahoo.es